Bruit

La mesure du bruit des avions est réalisée en continu par une cinquantaine de stations permanentes installées principalement autour des aéroports Paris-Orly, Paris-Charles de Gaulle et Paris-Le Bourget. Les résultats de mesure sont publiés chaque mois et adressés à l'Acnusa et à la DGAC.

Si le trafic d'Orly est plafonné en nombre de mouvements (250 000 créneaux par an), celui de Charles de Gaulle est limité selon un système de quota de bruit (plafonnement du bruit) : l'IGMP (Indicateur global mesuré et pondéré) qui est calculé chaque année conformément à l'arrêté du 28 janvier 2003 instituant un indicateur représentatif de l'énergie sonore engendrée par l'activité aérienne de l'aérodrome de Paris-Charles de Gaulle.

  • Les derniers rapports annuels


  • Section Acoustique du Laboratoire

    La section Acoustique du Laboratoire Groupe ADP assure la surveillance du bruit des transports aériens en Île-de-France. Cette mission, confiée par l’État à la société Aéroports de Paris (articles 26 et 37 du décret 2005-828 du 20 juillet 2005), comporte :

    Le monitorage du bruit des avions

    Le niveau sonore autour des grands aéroports parisiens est mesuré en continu et en permanence par un réseau de stations de mesure de bruit constituées d’un microphone et d’un analyseur de bruit. Installé en 1993, ce réseau (44 stations permanentes et 3 temporaires en 2014) comprend aujourd’hui 47 stations qui respectent les prescriptions de l’arrêté du 20 juillet 2004. Chacune de ses évolutions fait l’objet d’une validation préalable par l’Acnusa.

    Les niveaux sonores mesurés sont corrélés aux trajectoires des avions, ce qui permet d’identifier la source du bruit et l’analyse des niveaux sonores par type d’avion.

    La cartographie du bruit

    Les cartes de bruit représentent des courbes d’égal niveau sonore qui traduisent l’impact sonore au sol du trafic aérien autour d'un aéroport. Elles sont déterminées à l’aide du modèle INM (Integreted Noise Model), logiciel de calcul développé par la FAA (Federal Aviation Administration), l’équivalent américain de la DGAC (Direction générale de l’Aviation civile). Les cartographies du bruit ont pour vocation :

    • de limiter l’urbanisme autour des aéroports (PEB : plans d’exposition au bruit, réalisés à la demande des préfets concernés) ;

    • de définir, parmi les riverains des aéroports de Paris-Orly, Paris-Charles de Gaulle et Paris-Le Bourget, les ayants droit à l’indemnisation pour l’insonorisation de leur logement (PGS : plan de gêne sonore) ;

    • d'évaluer l'évolution de l'impact sonore année après année (CES : courbes d'environnement sonore).

    La mesure du bruit

    La section acoustique réalise également diverses expertises relatives à l'exposition au bruit, notamment en milieu de travail, pour lequel elle est accréditée Cofrac.